Schloss Sommersdorf domaine de Johann Vosse Seigneur de peyrolles

Schloss Sommersdorf domaine de Johann Vosse Seigneur de peyrolles

Résidence de Johann ici les amis sont les bienvenu on discute on rit on boit mais toujours avec le plus grand respect
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armes Médiévales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
yohann
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 31

MessageSujet: anniversaire de mariage   Mar 4 Oct - 10:19

Yohann avait acheté un nouveau domaine plus grand plus fleurit;c'est donc ici qu'il décida de fêter l'anniversaire de mariage.Il avait pensé inviter des amis mais Guenievre avait beaucoup de travail dans ces champs en ce moment et ça lui serrai difficile de les d’accueillir.


Yohann voulait fêter leurs quatre années de mariage.
Il avait preparer la table d'une façon accueillante ,allumé les chandelles plie les seviettes

IL fit  un feu dans la cheminée de la cuisine et  prépara le repas pour eux d'eux, un souper romantique, il voulait offrir a Guny un bel anniversaire.

Quand Gueny fut assise, il vint se placer a cote d'elle,sortit de sa poche un petit papier qu'il deplia doucement les mains tremblantes et lui lit ces quelques mots plein d'amour.

Je n'arrive pas à imaginer que cela fait déjà quartes années que nous sommes mariés ! Le temps passé à tes côtés ne me sera jamais volé car c'est toujours un bonheur, une ivresse, une chance de vivre chaque instant avec toi Les vœux que nous avons échangés le jour de notre mariage résonnent en moi depuis ce matin. Il y a des mots que l’on n’oublie pas comme ce « Oui » prononcé devant toutes les personnes que nous aimons. Le temps est passé et les vœux et l'amour demeurent. Je t'aime et t'aimerai toujours. Je te souhaite le plus bel anniversaire de mariage.
Yohann  lui remis un petit coffret  sui contenait un présent
C’est pour toi mon amour

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yohann.forumactif.org
yohann
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 01/09/2016
Age : 31

MessageSujet: Re: Armes Médiévales    Dim 23 Juil - 17:50

yohann a écrit:
Le couteau de brèche est une arme d'hast employée aux XVIe et XVIIe siècles, surtout pour défendre des places: le fer a la forme d’un large couteau, à un tranchant. Le dos épais continue l'axe de la hampe, tandis que le tranchant est extérieur à partir du talon pour le rejoindre à la pointe.La

hallebarde


La Hallebarde, qui s’écrivait en vieux français avec un seul L, a une origine inconnue.
Deux explications possibles :
-          allemande : hallebarde viendrait du mot francique Helmbarte , Helm                                signifiant heaume et Barte hache, d'où, par assemblage des deux noms : hache destinée à percer les heaumes.
-           italienne : ce mot fut trouvé dans un texte datant de 1333, le terme Alabarte désignant une arme blanche.
Le mot hallebarde proviendrait plutôt du mot arabe Al Barte signifiant : pointe de lance. On connaît bien les transformations et le voyage que subissent les mots à travers les siècles, les régions, les invasions ... Aussi, Al Barte, peut être devenu Alabarte , mot italien qui, ajouté au terme haste, a pu donner Hallebarde.
Quant au mot allemand helmbarte, il vient aussi de l'arabe mais, transformé en ce terme germanique. Ce n’est pas une hache de heaume alors qu'il signifie en réalité hache à long manche.

Corsèque, Pertuisane, Roncone

Au nombre de trois, les lames des hallebardes peuvent adopter des formes étranges. La lame principale en pique vers l'ennemi tandis que les deux autres, coupantes, forment un angle symétrique par rapport à celle-ci.
Donc les lames des hallebardes formaient un assemblage redoutable, les deux petites maintenaient les armures de plates tandis que la grande au milieu les pénétrait. La hampe des hallebardes mesurait entre deux et trois mètres, ce qui permettait d'aller chercher le cavalier loin derrière son cheval.

La pertuisane

Autre arme d'hast, la pertuisane possède une lame pointue portant à la base deux pointes en forme de croissant.
           
La bardiche

Originaire de l'Europe de l'Est , arme dont le fer en forme de hache possède un long tranchant courbé dont la pointe supérieure devient un estoc, la pointe inférieure est fixée au manche par des rivets ou des cordes.
La longueur de la hampe se situe entre 1m 40 et 2 m pour un fer de 50 cm.

Le fauchard

Apparu au XIII s, sa lame ressemble à celle d'un sabre (ou d'une faux). Le fauchard peut avoir deux origines : soit le fauchon monté sur une hampe, soit la faux de guerre (souvent la version avec pique). Certains outils agricoles piémontais lui ressemblent étrangement. Cette arme peut donner des coups d'estocs ou des coups de taille. Le fauchard est très efficace contre les chevaux. Du XV au XIX s, en Europe, il restera décoratif, sauf comme arme de rempart (là, jusqu'au  XVIII s). Le fauchard japonais se nomme Naginata
[/quote]



               Au départ, cette arme, servant autant à la guerre qu'à la chasse, n'était composée que d'une pointe et d'une hampe. A la base de la pointe, juste au-dessus de la douille, l’arme reçut une barre transversale qui évitait que l'animal ou l'ennemi ne soit enferré trop profondément.
              Au Moyen-âge, le tout se transforma de nouveau pour aboutir, à une longue pointe aux bords aiguisés, la barre transversale se trouvant en dessous, en forme de deux triangles.
On ajouta à la longue pointe deux dents de fourches pointées vers l'avant ce qui donna une sorte d'épieu tout à fait spécial, l'épieu à la forlane utilisé vers la fin du Moyen-âge. Cette arme était maniée presque exclusivement contre la cavalerie. On s'en servait pour couper les jarrets des chevaux ou pour faire tomber les cavaliers. Les pointes étaient toutes serrées, aidées par deux longs arrêts recourbés vers le bas dont les tranchants étaient obtus du côté concave et aigu du côté convexe. La taille des pointes était aussi variable, soit des fers longs et aigus à section triangulaire ou carrée soit des pointes courtes et robustes pour percer les armures de plates. Pour la chasse, on utilisait parfois des épieux tranchants des deux côtés ayant la forme de larges feuilles de sauge.
             La Corsèque Italienne munie d'une pointe triangulaire rainurée, portait deux dents en forme d'ailes avec un angle de 30° environ.
             Pour résister plus facilement, ces armes pouvant atteindre près de 1,80 mètre, les hampes étaient faites dans du bois robuste et élastique comme le frêne ou l'if.
             La Corsèque était descendante de l'épieu à la forlane, mais celle-ci était munie de dents plus larges et imposantes.

              La fourche de guerre

             Les hommes d'armes à pied, souvent des gens du peuple, se voyaient très diminués devant la force de l'attaque des cavaliers surélevés sur leur monture. Ainsi, en plus de descendre le plus souvent d'instruments de travail de paysan, les armes d'hast se développèrent afin de réduire ce handicap. Les premières, issues des forges de village, furent des assemblages d'instruments agricoles sur de grands manches, et devinrent vite des armes spécifiques comme la Fourche de guerre. Elle était issue de la grosse fourche à trois dents agricoles. Elle pouvait comprendre deux ou plusieurs dents droites et solides. Elle servait aussi pour dresser des échelles d'assaut contre les remparts ou à les repousser des créneaux depuis l’intérieur de la forteresse !

              La lance

             Elle se compose surtout d'une pointe de forme diverse (pique, en feuille de saule à bords effilés, pointe arrondie) et d'une hampe en bois (frêne pour la lance de guerre et sapin pour celle de joute). Au moment de la fabrication, on introduisait la hampe dans une sorte d’entonnoir faisant partie de la pointe et appelée douille.
             La tenue de la lance était particulière. La main serrait la hampe dans le tiers inférieur de la lance pour ensuite la coincer sous l'aisselle du cavalier. On l'utilisait en dirigeant la pointe de droite à gauche en passant sur le cou du cheval. Ainsi la lance arrivait un peu de biais, ce qui permettait au cavalier de ne pas la laisser glisser dans sa main.
Sur sa lance, le chevalier portait souvent un morceau de tissu, dont la forme était carrée pour le fanion, et triangulaire pour la flamme, arborant les couleurs ou les armes du chevalier. En plus, il pouvait éventuellement servir d’arrêt transversal pour empêcher un adversaire de s'enferrer trop profondément, ce qui pouvait provoquer la rupture de la hampe ou gêner sa récupération.
Semblable à la lance, il y avait l'Esponton de brèche dont la hampe était plus courte mais le fer plus long. Elle était munie d'une pointe à section carrée qu'on utilisait surtout pour saper le bas des murailles et perforer une armure!
[/quote]
[/quote][/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yohann.forumactif.org
 
Armes Médiévales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ~~Livre des Armes d'Hast Européennes~~ (SIEGFILD)
» La vraie raison de l'utilisations par l'Amérique des armes nucléaires contre le Japon
» Guenzet dans une emission télé
» Sécurité suisse avec port d'arme pour ou contre?
» TELECHARGER: Projet de loi sur les activités de protection des navires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Schloss Sommersdorf domaine de Johann Vosse Seigneur de peyrolles  :: LE REZ DE CHAUSSE :: SALLE D'ARMES-
Sauter vers: